• White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Google+ Icon
  • White Instagram Icon

Le samedi était jour de marché. 

Par le fleuve Rhône arrivent des marchandises venant de Genève et de Savoie et le sel venant du sud. D'en face, du Bugey viennent les viandes ...

Très peu de gros bétails, mais beaucoup de moutons, porcs et chèvres; le marché aux bestiaux est appelé« banc des chevriers  ».

Les archives du bac (au péage) du Port de Quirieu nous donnent  à  ce sujet d'utiles indications.

Ainsi, les "exemptions de droits de pontonage" accordées en 1447 par le Dauphin Louis II "aux habitants de Lompnaz, Montagnieu, Benonces et Serrières venant au marché de Quirieu" et un tarif des droits de péage nous indiquent que la ville attirait les populations viticoles des coteaux voisins mais aussi les éleveurs des plateaux plus reculés du Bugey.

Cette attractivité du marché de Quirieu n'était pas sans déplaire aux seigneurs des communautés voisines:

Antoinette Maréschal, dame de Saint André de Briord (en face de Quirieu, sur l'autre rive), veuve de Louis de Viry, tenta ainsi entre 1520 et 1530, par divers procédés, de concurrencer le marché de Quirieu. Elle créa d'abord un marché à Montagnieu, le samedi jour du marché de Quirieu, fit construire une cabane au bord du Rhône avec des gardiens pour interdire le franchissement du Rhône et instaura même un embargo sur le vin afin que les dauphinois lui livrent, en retour, une égale quantité de blé.

Quirieu imprimait sa présence jusque dans les gestes les plus quotidiens de l'activité marchande. La ville imposait ses propres systèmes de référence: "deux bichettes avoine mesure de Quirieu" lit-on dans un texte écrit en 1471.

Sur la place se dressait aussi la cour de justice. Qui n’a pas entendu parler de Bardonnèche !

François de Bardonnèche, seigneur dauphinois de la cour de Guigues VIII, eut, pour son malheur, une fille d'une grande beauté. Le dauphin la séduisit et lui fit un enfant, Jean, bâtard de Châteauvilain. Indigné de l'affront fait à sa famille, Bardonnèche se souleva contre son suzerain. Il se déclara l'homme-lige du comte de Savoie et se mit à piller les terres delphinales. Arrêté par deux fois, il parvint néanmoins à s'évader. En 1334, ses biens furent confisqués, son château rasé et il fut déclaré hors-la-loi. En 1345, il fut repris à Quincieu. Le juge mage du Viennois, François de Cagne, reçut l'ordre de mettre un terme définitif et rapide aux exactions de «ce père rancunier». Après avoir été savamment torturé, il fui condamné à mort pour félonie, Sur réclamation de la noblesse et de sa famille, et moyennant 1000 florins d'or, les conditions de sa mort furent adoucies, il ne sera «que» noyé. Enfermé dans un cachot à Quirieu, il en sortit pour être conduit en chemise et pieds nus sur le Rhône, On le ligota solidement et il fut jeté à l'eau au milieu du fleuve, attaché par les pieds à une longue corde, Après le temps nécessaire à l'asphyxie, le bourreau ramena le corps et constata le décès. On attacha deux grosses pierres aux jambes et au Cou du mort, puis on le fil descendre dans un gouffre Rhône afin qu'il ne puisse à aucun moment bénéficier d'une sépulture. 

La charrière et la place du marché de Quirieu

Imagine Quirieu 281 montée de Quirieu 38390 Bouvesse-Quirieu