Chapelles et églises de Quirieu

les petites et grandes histoire de Quirieu, par l’association Imagine Quirieu


Savez-vous que depuis les plus anciens temps médiévaux et jusqu'à la révolution de 1789, les paroisses de Bouvesse et de Quirieu se trouvaient, non pas dans les diocèses de Vienne ou de Grenoble, mais dans celui de Lyon ? La rivière d'Amby constituait la limite entre les archevêchés de Vienne et Lyon, ce dernier s'étendant jusqu'au Jura.


La Chapelle en 1930



C'est pour cette raison que les églises de notre commune devaient s'acquitter de contributions annuelles destinées aux finances archiépiscopales lyonnaises. Ainsi, au XIVème siècle, l'église de Bouvesse devait verser à cet effet la somme de 15 livres au prieuré de Saint Saturnin (aujourd'hui Saint Sorlin), collecteur, et celle de Quirieu la somme de 13 livres par l'intermédiaire du prieuré de Saint-Alban situé près de Creys, puis de l'abbaye de Saint-Theudère (aujourd'hui Saint Chef).


Savez-vous que, si les habitants de Bouvesse se sont toujours rendus dans la même lieu de culte, il en est différemment pour ceux de Quirieu qui ont dû faire face à quelques péripéties ? En effet, jusqu'à la deuxième partie du 16ème siècle, l'église paroissiale de Quirieu était celle de Notre Dame de l'Assomption édifiée dans le hameau du port de Quirieu mais cette église a été détruite en 1562 par les huguenots lors des guerres de religion.




Consultés sur la question de savoir si l'église du port devait être reconstruite ou s'il convenait de faire de la chapelle Sainte Catherine, édifiée dans la cité fortifiée, l'église paroissiale, les habitants de Quirieu ont choisi cette dernière solution. Est-ce le premier référendum d'initiative locale?.



Savez-vous que pour assurer le salut de leurs âmes, les nobles et les roturiers gratifiaient largement monastères et églises et que les plus riches finançaient la création, au sein des églises, de chapelles qu'ils dotaient de revenus ? Ainsi, en 1411, par son testament, Maître Pierre Guidon, notaire à Quirieu, fonde, en l'église de ce bourg, la Chapelle de Saint Pierre et Saint Nicolas et charge son héritier d'assurer à ladite chapelle un revenu en cens (redevance foncière) de dix livres pour la rétribution de deux messes par semaine, puis, en 1421, ce même notaire augmente ce revenu par donation "d'une maison avec ses appartenances située à Quirieu, joignant la maison et le jardin de Pierre Noir d'une part, les murs du château d'autre, le jardin d'Etienne Balonat d'autre".


Certains privilégiés se faisaient même enterrer dans de telles chapelles : ainsi, en 1501, Claude Noir exprime dans son testament le souhait d'être enterré à Quirieu dans la chapelle Notre Dame fondée par ses prédécesseurs ; ainsi, en 1526, Robert Noir veut être enterré dans la chapelle Sainte Marie Madeleine de l'église du bourg de Quirieu ; ainsi, en 1537, Jean Vallier organise, dans son testament, son enterrement dans l'église de Notre Dame du Bourg de Quirieu, devant le grand autel.


Savez-vous qu'aux temps médiévaux et même plus tard, les églises étaient utilisées à d'autres fins que la pratique du culte ? Elles étaient lieux de réunion, de discussion des affaires, de rédaction de contrats, et même d'entrepôt... sous réserve qu'elles soient en bon état d'entretien et soient suffisamment vastes : peut-être était-ce le cas de nos église et chapelle de Bouvesse-Quirieu.


La Chapelle imaginée en 1995



Enfin, savez-vous qu'il a existé à Quirieu, au moins au 17ème siècle, la confrérie du Saint Sacrement ? Cette sorte de communauté présentait une organisation structurée comprenant un directeur, un recteur, un trésorier, des conseillers et des membres contributeurs (certainement les plus nantis du bourg). Ce type d'institution avait pour objet l'entretien des bâtiments et du mobilier de l'église (autel, chapelle, luminaires...) et participait aux tâches charitables. Ainsi, en 1672, la confrérie du Saint Sacrement a contribué financièrement à la réparation de l'église de Quirieu. Cette confrérie aurait désormais une lourde charge pour redonner belle apparence à la chapelle Sainte Catherine de la cité de Quirieu !



Et si le futur lieu de retrouvailles était celui-ci dans les années 2030 ?






228 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout